Image

Ecolo présente ses listes

Présentation ce midi de nos 3 listes en Province de Luxembourg avec les candidates et candidats qui portent le projet ECOLO. Choisissez le 9 !

Pour ma part, je serai candidate tête de liste à la Chambre. Pour décrocher ce 4e siège en Province de Luxembourg qui assurera la représentation d’Ecolo Luxembourg au niveau fédéral.

http://www.tvlux.be/video/elections-2014-ecolo-veut-un-elu-a-la-chambre-_15894.html

liste-chambre_0

Nos candidats et nos priorités pour le 25 mai

ECOLO Luxembourg vous présente ses candidates et candidats aux élections de mai 2014. Aux côtés de Cécile Thibaut, Nicolas Stilmant et Jean-Philippe Florent, on retrouve des membres écologistes engagé(e)s de longue date: François Rion, Christina Dewart, Brigitte Pétré…, des jeunes qui s’engagent avec enthousiasme: Romain Gaudron, Christine Cuvelier, Jérémy Van Leeuwen, Coralie Paul… mais aussi des nouveaux candidats issus d’horizons variés: Michel Bourlet, Eric Jurdant, Claudine Marx,…
avec-votre-temps

Les temps changent et l’histoire s’accélère. Même dans notre province, les épisodes se succèdent et risquent d’être particulièrement violents.

- L’UCM nous interpellait en novembre 2013 : un nombre de faillites record en 2013 (199 faillites, 400 emplois perdus), un taux de croissance d’entreprises entre 2008 et 2012 d’à peine 0,63 % (contre 7,36 % à Namur) et un chômage qui s’installe avec 14 358 demandeurs d’emploi en 2013.
- Hier, Federal Mogul à Aubange avec 66 personnes licenciées et 33 interimaires non renouvellés. Aujourd’hui, Delvica à Paliseul en aveu de faillite, 68 emplois sont concernés.
- Tout près de chez nous, un agriculteur endetté s’apprête à baisser les bras. Le saviez-vous, il y avait 8000 exploitations agricoles en 1978. Il en reste 2670 en 2010 !

Les crises sont diverses : économiques, sociales et environnementales. L’évidence, c’est qu’aujourd’hui on n’a plus le temps de saucissonner les crises et de les traiter l’une après l’autre. Elles sont profondément interconnectées et toutes plus urgentes l’une que l’autre.

Pour cette raison, au terme d’un processus participatif, nous avons écrit en gras notre manifeste ECOLO: Nous voulons changer la marche de ce siècle. Voilà un horizon politique nécessaire, ambitieux et mobilisateur.

Dans cet esprit, notre campagne sera bien sûr socio-économique et nous avons choisi trois priorités:

- La relocalisation d’une économie durable dans nos régions
- Une économie forte est une économie qui maîtrise son énergie
- Troisième et dernière priorité : la jeunesse

Nouveau plan de transport de la SNCB, une logique désastreuse au détriment des navetteurs

Ecolo Luxembourg a pris connaissance des premières informations relatives à la mise en œuvre sur le terrain, ligne par ligne, gare après gare, du nouveau plan de transport de la SNCB présenté lors du premier road show de la SNCB ce mardi à Libramont.

Ce plan, approuvé par le Conseil d’administration de la SNCB, manque cruellement d’ambitions au moment où chacun se plaît à rappeler la nécessité d’offrir à chacun-e des alternatives à la voiture pour se rendre au travail, à l’école, au concert, ou chez ses proches. Tout au contraire, la qualité de l’offre est menacée et particulièrement en milieu rural.

Le plan de transport est notamment marqué par :

  1. un accroissement assez généralisé des temps de parcours pour tenter de lutter ainsi contre les très mauvaises performances de ponctualité;
  2. la diminution de l’offre par la réduction des amplitudes : moins de trains le matin tôt et le soir tard, particulièrement en milieu rural;
  3. des temps de correspondances globalement allongés, alors que l’allongement des temps de parcours est censé assurer la ponctualité.

Malgré l’augmentation du nombre de voyageurs constatée, l’offre globale de trains n’augmentera pas durant les trois prochaines années dans notre province. Deux lignes seront prolongées : Libramont-Dinant prolongé jusqu’à Namur et Libramont-Arlon (L) prolongé jusque Luxembourg.

Un coup d’œil sur les cartes permet de constater que les avantages en temps de parcours pour les voyageurs luxembourgeois sont, au mieux, stationnaires et souvent ont empiré. Le trajet Bruxelles (midi)-Luxembourg prendra 3h15 contre 3h07 actuellement. La vitesse commerciale sur la ligne sera d’environ 70 km/h !

Sur toutes les liaisons, le nombre de train est diminué : ce sont les trains du matin et du soir qui sont supprimés.

Les correspondances, c’est le pire. Il est beaucoup question de nœuds de correspondance dans le discours de la SNCB. Dans la réalité luxembourgeoise, il n’y a de nœud qu’à Arlon où paradoxalement les correspondances sont de l’ordre des trois-quarts d’heure. La situation à Marloie est satisfaisante : l’attente est d’environ 10 minutes. Par contre, à Libramont les correspondances de et vers Bertrix, Virton ou Dinant prennent au moins vingt minutes à l’aller comme au retour, contre 12 aujourd’hui.

Pour Ecolo Luxembourg, le plan de transport de la SNCB passe à côté des enjeux de mobilité de notre temps et ce sont les usagers du chemin de fer rural qui sont les dindons de la farce. Il doit être revu.

Ecolo à la rencontre des acteurs de terrain!

Ces derniers jours, les représentants d’Ecolo ont rencontré de nombreux acteurs de la société luxembourgeoise: l’Union des Classes Moyennes, l’Union Wallonne des Entreprise chez Burgo Ardennes, différentes associations de lutte contre la précarité, Fédustria (fédération des industries du bois, du tissus, de l’ameublement, …) chez 4 Wood à Fauvillers (fabricant des jouets Ardenne Toys).
Ces rencontres sont un réel plaisir.  Et c’est tout naturel, car notre engagement n’a  de sens que s’il est partagé!

IMG_2828

Bureau de poste d’Arlon: Bpost vend ses bijoux de famille !

Ecolo Luxembourg a pris connaissance de la volonté de bpost de vendre le bureau situé à la rue de la Poste 3 à Arlon. Si l’activité du bureau de poste semble devoir se maintenir, l’opération n’en est pas moins interpellante.

bpost envisage de vendre le bâtiment sur base d’un « Sales & Rent Back », c’est-à-dire qu’en contrepartie de la vente, l’acquéreur s’engage à louer la partie du bâtiment aujourd’hui occupée par le bureau de poste à bpost. Plus précisément, bpost demande un montant de 600.000 € pour la vente du bâtiment et en échange s’acquitterait d’un loyer de 30.000 € par an.

Ecolo Luxembourg tient à attirer l’attention sur la piètre gestion du patrimoine de bpost. Des opérations similaires ont, par le passé, montré leur coût exorbitant à moyen et long terme pour les finances de l’entreprise publique. Pour le bureau de poste d’Arlon, le produit de la vente permettra de couvrir à peine 20 ans de location sans indexation de la valeur du bâtiment… Qu’en est-il donc du long terme ?

Notons encore que ce bâtiment offre également près de 400 m2 exploitables aux étages et ce en plein coeur d’Arlon, où l’immobilier est loin d’être bon marché. De plus, la location d’une antenne gsm, située sur le bâtiment, rapporte actuellement pas moins de 5.500 euros hors TVA par an à bpost.

Face à cette opération, Ecolo Luxembourg s’interroge sur l’avenir du dernier bureau ouvert au public dans la ville d’Arlon. Bpost envisagerait-elle un déménagement, voire une fermeture de ce bureau idéalement situé ?

Pour la sénatrice Cécile Thibaut, la vente du bureau de poste d’Arlon est donc totalement incompréhensible. C’est pourquoi, elle vient d’interpeller le Ministre Jean-Pascal Labille pour réclamer l’annulation de la mise en vente de ce bâtiment.

L’avenir de bpost nécessite, en effet, une vision à long terme et une gestion en bon père de famille de son patrimoine !