Education : Non, Mme la Ministre, Excellence ne signifie pas Émancipation !

 

Cette semaine Le Vif interroge Barbara Trachte et Philippe Henry sur le nouveau « pacte enseignement » que Madame Milquet souhaite mettre en place.

Crayons

Pour lire l’article, cliquez ici!

 

Publicités
par thibautcecile Posté dans Presse
Image

Ecolo présente ses listes

Présentation ce midi de nos 3 listes en Province de Luxembourg avec les candidates et candidats qui portent le projet ECOLO. Choisissez le 9 !

Pour ma part, je serai candidate tête de liste à la Chambre. Pour décrocher ce 4e siège en Province de Luxembourg qui assurera la représentation d’Ecolo Luxembourg au niveau fédéral.

http://www.tvlux.be/video/elections-2014-ecolo-veut-un-elu-a-la-chambre-_15894.html

liste-chambre_0

Un déraillement social à craindre – L’Avenir 23/01

Si le Parlement européen autorise la concurrence pour les lignes voyageurs, les zones moins peuplées comme le Luxembourg risquent gros.

Il n’y a pas que les hôpitaux du Luxembourg qui s’apprêtent à SNCBvivre une profonde mutation au cours des prochaines années. Un autre secteur public vital, celui de la mobilité par le rail, s’apprête à vivre une véritable révolution, dont on a tout lieu de craindre l’impact négatif pour les lignes rurales les moins fréquentées en voyageurs.

Quel est l’enjeu ?

À la fin du mois de février, le Parlement européen devrait voter ce que l’on appelle le 4e paquet ferroviaire. C’est la première décision importante qui sera votée par l’un des deux législateurs européens (l’autre étant le conseil des ministres des Transports européens).

Ce paquet se compose de six propositions europénnes.

Celles-ci sont contraignantes pour tous les États membres de l’UE. Elles imposeront les futures conditions pour le secteur ferroviaire, et par conséquent pour les cheminots ainsi que pour les utilisateurs du rail.

Des lignes voyageurs plus tentantes que d’autres

Pourquoi suit-on ce dossier de très près en province de Luxembourg ?

Parce que dans ce 4e paquet ferroviaire, la Commission européenne propose l’ouverture des marchés et la concurrence pour les services de transport de passagers nationaux.

Les opérateurs privés seront invités à remettre prix et soumissionner pour emporter des marchés de lignes de transports voyageurs, et l’on imagine aisément que les grosses lignes en milieu urbain et reliant les grandes villes tenteront plus les investisseurs que les axes à plus faible fréquentation.

Un peu partout, à quelques semaines de ce vote crucial en février, les feux se mettent à l’orange puis au rouge en Luxembourg.

Lors de la conférence de presse de rentrée d’Écolo il y a quelques jours à Messancy, la sénatrice Cécile Thibaut a été une des premières à prévenir que la province de Luxembourg avait tout à perdre dans cette politique de répartition de «lots» et de «sillons».

Cécile Thibaut s’aligne sur sa collègue européenne Isabelle Durant, qui elle aussi a tiré la sonnette d’alarme : «Un très mauvais signal est le fait que le 17décembre, les membres de la commission (TRAN) ont pour ainsi dire plébiscité le 4epaquet ferroviaire, sans modifier la logique et les présupposés douteux des propositions de directive et de règlement concernant l’ouverture du marché des services nationaux de transport de voyageurs par chemin de fer», dit Isabelle Durant.

La députée européenne craint, dès 2020, «la démultiplication à l’anglaise des intervenants spécialisés, les uns dans la gestion des infrastructures, les autres dans l’exploitation des gares, dans la mise à disposition de matériel roulant, dans la maintenance de celui-ci ou dans le service des trains, lui-même assuré par quelques opérateurs indépendants.»

Comme vous le lirez plus bas, les syndicats de cheminots que nous avons interrogés dans la province, sont convaincus que cet appel à la concurrence européenne et privée sera une catastrophe pour le Luxembourg. Un vrai déraillement social !

par thibautcecile Posté dans Presse

Palmarès des élus : Cécile Thibaut, en tête au Sénat – Le Vif 14 juin 2013

lls sont 29 sénateurs francophones et 1 germanophone (13 PS, 8 MR, 4 CDH et 5 Ecolo). La moyenne de la productivité parlementaire y atteint 25, 8. Ce chiffre se révèle très honorable et le Sénat n’est pas l’assemblée la moins productive en termes statistiques. En tête de notre classement, son top 5 est plus hétérogène : Cécile Thibaut (Ecolo), Richard Miller (MR), Marie Arena (PS), et ex aequo Hassan Bousetta (PS), Zakia Khattabi (Ecolo) et Fabienne Winckel (PS). A la traîne : Paul Magnette (PS), Philippe Moureaux (PS) et Caroline Désir (PS).

vif

Par groupe politique, 5 PS sur 13, 4 MR sur 8, 2 Ecolo sur 5 et 1 CDH sur 4 se classent au-dessus de la moyenne. Au sein du PS, Marie Arena se distingue, tant en termes de propositions de loi, d’amendements que de rapports. Tout comme, dans une moindre mesure, ses collègues Fabienne Winckel et Hassan Bousetta, alors que Paul Magnette et Philippe Moureaux semblent jouer les figurants. Au CDH, André du Bus de Warnaffe n’a pas à rougir. Ecolo place deux de ses membres dans le top 5. Les sénateurs de milieu de tableau et les cancres cumulent souvent avec des mandats locaux : ils sont 11 sur 16. A l’image de Paul Magnette, sénateur-bourgmestre et président du PS. Son activité parlementaire est égale à zéro. « Quand on siège comme sénateur, il arrive souvent que les réunions de commission aient lieu en même temps que celles du parlement wallon ou communautaire ! » explique l’Ecolo Marcel Cheron, qui siège dans les trois assemblées et dont le taux de présence au Sénat s’élève à 79%. Il y a aussi ceux qui, sans forcément cumuler deux mandats, n’en font pas lourd, à l’image de l’Ecolo Jacky Morael. Et puis, au Sénat, il y aussi les sages, les têtes pensantes : ils n’affichent pas une productivité extravagante mais ils sont quasi dans tous les projets et les propositions de loi ainsi que dans la préparation des amendements. Leur présence se révèle très précieuse pour leur formation politique. Parmi cette poignée de sénateurs influents : Francis Delpérée (CDH) et Marcel Cheron (Ecolo), spécialistes des questions institutionnelles, ou encore Philippe Mahoux (PS), dans le champ de la bioéthique. Notons que Philippe Moureaux conduit les travaux qui doivent réformer le Sénat, dans le cadre de la 6e réforme de l’Etat, ce qui peut expliquer la faiblesse apparente de son activité parlementaire.

 L’analyse de Jean Faniel : « L’activité du Sénat baissera après la réforme de l’Etat, puisqu’on va modifier sa composition et la fréquence de ses réunions. Les parlementaires, qu’ils siègent au Sénat ou dans d’autres assemblées, ont souvent intérêt à se spécialiser pour se distinguer et donc travailler à fond leurs dossiers. Ceux-là ont acquis une vraie expertise. Certains parlementaires n’interviennent que sur des sujets pointus, mais dès que le sujet est abordé, ils sont présents et apportent énormément aux débats par leur expertise. Par contre, hors de leur champ de compétence, on ne les entend peu ou pas. »

 CÉCILE THIBAUT, EN TÊTE

vif2Les sénateurs que Le Vif/L’Express a contactés n’étaient pas étonnés quand nous leur avons annoncé que Cécile Thibaut, 46 ans, originaire du Luxembourg, occupait la première place. Au total, la sénatrice Ecolo a rédigé 7 rapports, déposé 32 questions écrites et 17 demandes d’explication. « Le fait de ne pas avoir d’autre mandat m’aide à m’investir pleinement dans mon rôle de sénateur. J’y consacre un temps plein et je perds énormément de temps en transport », affirme-t-elle. Mais ses collègues, dit-elle, sont tout aussi actifs : « J’y croise peu de presse-bouton qui ne viennent que le jeudi. » Comment expliquer cette productivité somme toute honorable ? Selon Cécile Thibaut, elle tient au fait que le Sénat n’est pas en première ligne comme la Chambre. « Nous ne sommes pas médiatisés. » Du coup, le jeu politique y est plus ouvert qu’à la Chambre et les groupes politiques se parlent. « Le dialogue y est moins formel, ce qui permet un vrai échange d’arguments. »

par thibautcecile Posté dans Presse