Le train de la colère, oui. Le train des amnésiques et de la mauvaise foi, non merci !

TrainCécile Thibaut revient sur le « train de la colère » et le choix d’Ecolo de ne pas y prendre part.

 

Ecolo n’a pas pris le « train de la colère » ?

Cécile Thibaut: Non. Le train de la colère est devenu un train des amnésiques.

Les politiques qui ont pris le train se servent aujourd’hui de la colère des voyageurs qu’ils ont eux-même suscitée par leurs décisions désastreuses.

PS, CDH et MR, au gouvernement fédéral, n’ont pas cessé de reprendre d’importantes sommes dans les dotations promises à la SNCB pour équilibrer le budget de l’État.

Ils font aussi semblant d’oublier qu’alors qu’ils était encore temps de l’arrêter et de le réformer, ils ont bel et bien voté le plan contre lequel ils manifestent. Il a été négocié par le ministre PS Pascal Labille Les partis l’ont voté dans la discrétion du Conseil d’administration de la SNCB… A l’exception du CDH qui a rejeté seulement la dernière version (celle qui apportait quelques améliorations par rapport au plan initial !). Tous les partis de la majorité ont validé le plan en Kern.

C’est alors qu’il fallait se battre !

Mais Ecolo s’élève aussi contre ces horaires ?

Cécile Thibaut – Bien sûr. Les nouveaux horaires représentent une réelle perte de qualité du service public, tout particulièrement dans les parties les plus rurales du pays. Au lieu d’apporter une réponse adéquate, ces horaires ne répondent pas aux besoins des utilisateurs, allongent les temps de parcours et laissent sur le quai des navetteurs qui se rendaient tôt au travail le matin ou rentraient tard le soir… Cerise sur le gâteau : les retards sont toujours d’actualité.

La colère des utilisateurs est plus que légitime.

Il n’y a plus rien à faire ?

Cécile Thibaut – Le rail est un combat de tous les jours ! Ecolo revendique la révision du plan sans plus attendre -on nous promet cela pour 2018. Les horaires doivent partir des réalités locales et des besoins des voyageurs. Mais le vrai problème, c’est la dotation financière de la SNCB. Nous demandons au gouvernement fédéral de cesser de ponctionner le budget dont la SNCB et le service aux voyageurs ont bien besoin. Au contraire, il faut réinvestir dans le rail.

Or depuis les années Durant (Ecolo, ministre de la Mobilité entre 99 et 2003), les investissements dans le rail n’ont cessé de décroître.

Aujourd’hui, Ecolo appelle tous les partis à se souvenir de leur colère lorsque viendront les prochaines échéances (contrat de gestion – Plan d’investissement et plan de transport) pour ne plus décider de pénaliser notre province tout en feignant de s’étonner.

Alors, pourquoi ne pas avoir participé au train de la colère ?

L’initiative lancée par le CDH et suivie par le PS et la CSC était annoncée comme une action de colère de l’ensemble des forces face au nouveau plan de transport de la SNCB.

Dans les faits, il n’y a eu aucune concertation. C’est ce qui a conduit la FGTB a déclarer forfait.

Aujourd’hui, entre les forces vives qui n’ont pas été invitées, le forfait de la FGTB et l’absence de concertation, notamment avec Ecolo, j’ai choisi de ne pas participer.

Nous l’avions dit : cette action n’avait de sens que si elle rassemblait toutes les forces, partis, organisations syndicales, patrons, voyageurs.

Dans sa composition politique actuelle, c’est plutôt un train des amnésiques et de la mauvaise foi qui part deux ans trop tard !

http://ecolo.be/?le-train-des-amnesiques-arrive-en-gare

http://www.luxembourg.ecolo.be/

Publicités
par thibautcecile Posté dans Rail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s