Un déraillement social à craindre – L’Avenir 23/01

Si le Parlement européen autorise la concurrence pour les lignes voyageurs, les zones moins peuplées comme le Luxembourg risquent gros.

Il n’y a pas que les hôpitaux du Luxembourg qui s’apprêtent à SNCBvivre une profonde mutation au cours des prochaines années. Un autre secteur public vital, celui de la mobilité par le rail, s’apprête à vivre une véritable révolution, dont on a tout lieu de craindre l’impact négatif pour les lignes rurales les moins fréquentées en voyageurs.

Quel est l’enjeu ?

À la fin du mois de février, le Parlement européen devrait voter ce que l’on appelle le 4e paquet ferroviaire. C’est la première décision importante qui sera votée par l’un des deux législateurs européens (l’autre étant le conseil des ministres des Transports européens).

Ce paquet se compose de six propositions europénnes.

Celles-ci sont contraignantes pour tous les États membres de l’UE. Elles imposeront les futures conditions pour le secteur ferroviaire, et par conséquent pour les cheminots ainsi que pour les utilisateurs du rail.

Des lignes voyageurs plus tentantes que d’autres

Pourquoi suit-on ce dossier de très près en province de Luxembourg ?

Parce que dans ce 4e paquet ferroviaire, la Commission européenne propose l’ouverture des marchés et la concurrence pour les services de transport de passagers nationaux.

Les opérateurs privés seront invités à remettre prix et soumissionner pour emporter des marchés de lignes de transports voyageurs, et l’on imagine aisément que les grosses lignes en milieu urbain et reliant les grandes villes tenteront plus les investisseurs que les axes à plus faible fréquentation.

Un peu partout, à quelques semaines de ce vote crucial en février, les feux se mettent à l’orange puis au rouge en Luxembourg.

Lors de la conférence de presse de rentrée d’Écolo il y a quelques jours à Messancy, la sénatrice Cécile Thibaut a été une des premières à prévenir que la province de Luxembourg avait tout à perdre dans cette politique de répartition de «lots» et de «sillons».

Cécile Thibaut s’aligne sur sa collègue européenne Isabelle Durant, qui elle aussi a tiré la sonnette d’alarme : «Un très mauvais signal est le fait que le 17décembre, les membres de la commission (TRAN) ont pour ainsi dire plébiscité le 4epaquet ferroviaire, sans modifier la logique et les présupposés douteux des propositions de directive et de règlement concernant l’ouverture du marché des services nationaux de transport de voyageurs par chemin de fer», dit Isabelle Durant.

La députée européenne craint, dès 2020, «la démultiplication à l’anglaise des intervenants spécialisés, les uns dans la gestion des infrastructures, les autres dans l’exploitation des gares, dans la mise à disposition de matériel roulant, dans la maintenance de celui-ci ou dans le service des trains, lui-même assuré par quelques opérateurs indépendants.»

Comme vous le lirez plus bas, les syndicats de cheminots que nous avons interrogés dans la province, sont convaincus que cet appel à la concurrence européenne et privée sera une catastrophe pour le Luxembourg. Un vrai déraillement social !

Publicités
par thibautcecile Posté dans Presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s