Cécile Thibaut : « Le pire sur le rail, c’est aujourd’hui ! » – L’Avenir 23/11

Quel poids ont encore nos parlementaires sur l’avenir du rail ? s’interroge la sénatrice Écolo Cécile Thibaut, qui pousse «un coup de gueule».

 Les retards récurrents des trains, Cécile Thibaut y est abonnée, comme beaucoup d’autres voyageurs, et surtout de navetteurs de la ligne 162. Et d’un tel abonnement, même gratuit, on se passerait bien ! Néanmoins, quand on est luxembourgeoise, sénatrice et Écolo de surcroît, le recours aux services de la SNCB s’impose. Quitte à mordre, un temps au moins, sur sa chique, avec l’espoir que l’horizon bouché de l’avenir du rail en Luxembourg (et en général) se dégage à la faveur d’un Plan pluriannuel d’investissements (PPI) 2013-2025 qui se fait méchamment attendre.

 Cette semaine, un arrêt en rase campagne – «machine en panne, évacuation du train et attente du suivant» – et la perspective d’un nouveau retard ont eu raison de la patience de la sénatrice gaumaise, qui s’est fendue hier d’un «Coup de gueule d’une parlementaire qui prend le train». Un mail rageur qui s’ouvre sur ces mots : «Mercredi 21 novembre. Après avoir écouté la note de politique générale d’Elio Di Rupo, je prends le train pour regagner le Luxembourg.»

 L’actualité budgétaire a donc été la goutte d’eau qui fait déborder le vase : «On sait aujourd’hui que le rail contribuera à plus de 131 millions d’euros à l’effort budgétaire, explique Cécile Thibaut, qui nous a répondu depuis son train. Ce budget est mathématique, sans le moindre projet de société. Alors que nos voisins européens investissent tous dans la mobilité, nous Belges reportons. Mon indignation est à son comble. Il n’y a aucun débat parlementaire sur les orientations du PPI. Le débat est confiné entre le groupe ferroviaire et le ministre de tutelle. Et quand les parlementaires Écolo plaident, pas plus tard que la semaine dernière, en commission infrastructures pour une audition rapide du ministre sur les orientations du PPI, ils ne sont soutenus par aucun groupe politique et par aucun parlementaire luxembourgeois.»

 Les questions parlementaires, «ça ne suffit pas» Un cri de détresse dans le désert, quand plusieurs de nos parlementaires, Josy Arens (cdH), André Perpète (PS) ou Dominique Tilmans (MR), ont multiplié ces dernières années les questions parlementaires sur le sujet ? Mme Thibaut n’en nie pas l’utilité, «mais ça ne suffit pas». De même que le «consensus luxembourgeois» restera stérile, «du vent, sans une position claire et préalable de chaque parti». «Ma question aux partis est celle-là : ‘‘Allez-vous intervenir en débat sur la SNCB, et en quels termes ?’’Mais aussi, quel est le poids des parlementaires luxembourgeois de la majorité dans la défense du rail ? Quel est le poids d’un ministre luxembourgeois dans une majorité fédérale ? Quel est le poids d’un président de parti-député luxembourgeois dans cette majorité fédérale ?» Mais surtout, qu’en est-il du plan d’investissements 2013-2025 ? «Cela, c’est à Paul Magnette de le dire, et il n’en a toujours rien fait, alors que de nombreux citoyens ou les Amis du Rail me font part de leurs inquiétudes.» Cécile Thibaut termine : « ‘‘Le budget 2013 évite à notre pays le pire », a insisté Elio Di Rupo, mais le pire sur le rail, c’est aujourd’hui.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s