bpost Géoroute, Alpha, Mail Vision 2020 : stop aux restructurations qui se font uniquement sur le dos des travailleurs

Depuis quelques mois, les facteurs de Bouillon participent à un projet pilote qui mènera à terme à fermer le bureau distributeur au profit d’un regroupement à Libramont.

Ce projet participe à un plan plus vaste de réorganisation qui devrait conduire à la suppression de 17 bureaux distributeurs de la province. La crainte d’Ecolo est de voir progressivement disparaître les bureaux de nos communes est donc bien fondée.

C’est ce que confirme le ministre Paul Magnette en charge des Entreprises publiques dans une récente réponse à une question de la sénatrice Ecolo Cécile Thibaut.

Après avoir rappelé que « des prévisions prudentes font état d’une baisse de volume de courrier adressé, de l’ordre de 20 % d’ici 2015 », le minsistre considère que « si bpost devait décider de ne prendre aucune mesure face à ce phénomène, les résultats de l’entreprise pourraient connaître un impact négatif considérable dans les prochaines années. ».

Pour le ministre, le plan dénommé ‘Mail Vision 2020’ permettrait donc de répondre à ce défi par une diminution des coûts et en générant des économies d’échelle, notamment au niveau de l’infrastructure.

S’il doit bien reconnaitre que « les regroupements engendrent des distances supérieures à parcourir, le ministre Magnette estime qu’il faut également tenir compte du fait que ce choix permet de concentrer les opérations dans un seul bâtiment, avec à la clé une économie significative en kilowattheures électriques et en diminution de CO2. Le fait de passer de quatre cents bureaux à soixante permettra de réaliser des économies d’énergie, d’électricité et de réduire sensiblement les émissions de CO2. De plus, l’approvisionnement des bureaux nécessitera moins de courses de véhicules, des camions principalement, compte tenu du nombre moindre de bureaux à desservir. ».

Ecolo comprend bien que la Poste se doit d’avoir une vision d’avenir. Néanmoins, les Verts considèrent que les rationalisations successives ne peuvent se faire au détriment de la qualité de vie au travail des postiers. L’actualité récente le démontre. Le personnel a déjà beaucoup souffert des réorganisations en lien avec Géoroute.

Reste aussi la question des distances. Selon les estimations, rien qu’en ce qui concerne le bureau de Bouillon, le transfert à Libramont se traduit pour les facteurs par quelque 130.000 kilomètres de route effectués chaque année au lieu d’un passage quotidien du camion postal. Pour une part, ces déplacements se font en voiture personnelle ce qui oblige les facteurs qui n’en possèderaient pas à acquérir un véhicule.

Pour Ecolo, l’entreprise publique se doit d’offrir un service de qualité à la clientèle mais elle doit aussi être irréprochable dans les conditions de travail auxquelles elle soumet ses travailleurs. Les adaptations, si elles sont nécessaires, ne peuvent peser essentiellement sur les épaules du personnel et l’impact environnemental de l’entreprise.

Le texte intégral : DE restructuration bureaux distribution bpost

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s