L’invitée de la rédaction: Ecolo veut créer un ancrage local – Le Soir 08/06

Je ne suis pas une Écolo “pull qui gratte” »… Dans le train qui « file » du Luxembourg vers nos lieux de travail respectifs à la capitale, Cécile Thibaut clarifie son image. Traduction : le vieux pull de laine, les cheveux en pétard et les chèvres derrière la maison c’est pas trop son truc.

 Elle, c’est plutôt petite veste cintrée en coton et foulard – vert – noué autour du cou. « Je fais partie des Écolos progressistes, pas des fondamentalistes ! »

  Cécile Thibaut est de tous les combats électoraux depuis 1999 mais elle a assis sa notoriété en 2009 quand son parti lui a offert par cooptation au Sénat, le siège d’élue fédérale que la configuration électorale luxembourgeoise rend pratiquement inaccessible. Dans la grande maison verte, elle est en quelque sorte la conscience rurale de ceux qui résument l’écologie à une préoccupation d’urbains. Elle amène une dose de pragmatisme dans les débats internes. Et quand le duo Deleuze-Hoyos s’est présenté au scrutin interne, il lui a demandé de plaider en leur nom « la cause rurale ». Elle ne s’en cache d’ailleurs pas, « j’ai voté pour eux car ils ont une vraie vision pour associer écologie et ruralité ».

 Cette vision, des dizaines de candidats Écolo vont tenter de l’implémenter dans la campagne communale à venir. Un beau test pour mesurer l’ampleur de l’ancrage local du parti. Un vrai test aussi pour celle qui est considérée par ses pairs comme la chef de file Écolo en Luxembourg.

 Communes

 « Actuellement, nous avons 14 élus mais nous avons l’ambition d’être présents dans 22 communes, via des listes siglées Écolo ou via des listes de cartel. Nous espérons bien intégrer plusieurs majorités et pouvoir jouer l’arbitre dans plusieurs cas, à Paliseul et à Neufchâteau par exemple. L’ambition est de constituer cet ancrage local qui nous manque tant, d’abord pour placer l’écologie au centre du débat, ensuite pour peser davantage sur les prochain

Effet Thibaut

 Le Luxembourg reste plus hermétique aux Verts que d’autres régions ? « Il faut bien se rendre compte que la place occupée par le CDH en Luxembourg est complètement surréaliste par rapport à ce qui se passe dans le reste du pays. Après l’effet Courard, on vit un effet Lutgen mais je serais fort étonnée qu’il se répercute aux communales au-delà de la région de Bastogne. » Un effet Thibaut est-il possible ? « Je ne sais pas. J’ai été dans toutes les sections locales pour aider les militants à préparer le scrutin. J’en ai fait des kilomètres dans cette immense province ! Je suis peut-être la seule élue mais nous avons été bien aidés par nos ministres. Jean-Marc Nollet a validé des dizaines de dossiers de travaux dans les écoles, il y en a pour 70 millions d’euros ! Philippe Henry a été très attentif aux sites à réaménager. Et je ne vous parle pas du logement social. Oui, Écolo soutient le Luxembourg. La vraie différence c’est que nous, nous ne jouons pas à saint Nicolas comme André Antoine qui vient distribuer ses cadeaux. Ou comme le ministre-président Demotte qui visite une PME à Latour entouré uniquement d’une cour socialiste. Ces comportements sont énervants et pathétiques à la fois. »

 Vivalia

 « Nous avons en main toutes les études, toutes les données du problème. Il est grand temps de prendre des décisions ! Je ne crois pas à l’hôpital unique. Deux sites me paraissent la bonne mesure mais ne me demandez pas de déterminer lesquels. Il faut en tout cas une vraie vision provinciale de ce problème empoisonné par les réflexes sous-régionaux. »

 Elus wallons

 « Je suis très étonnée du peu d’intérêt de nos élus régionaux sur des sujets essentiels pour la province : Vivalia, schéma de l’espace régional, la part wallonne dans les investissements SNCB et plus récemment TV-Lux. MR et Écolo n’ont pas de représentant à Namur. Les Luxembourgeois méritent d’être mieux défendus par leurs représentants PS et CDH. »

 Province

 « Notre objectif est de garder nos trois élus. Ce sera compliqué vu la réduction générale des mandats à la Province mais ce n’est pas impossible car les règles d’apparentement qui nous étaient défavorables ont changé. Nous sommes d’autant plus confiants que nos élues Christina Dewart, Brigitte Pétré et Béatrice Clémentz ont un bon bilan. Je regrette que la majorité PS-CDH n’ait pas entamé la nécessaire réflexion sur les compétences pour garantir l’avenir de l’institution. »

 Territoire

 Des projets du ministre de l’Aménagement du territoire Philippe Henry – noyaux d’habitat, schéma de développement – passent parfois difficilement en milieu rural mais Cécile Thibaut prend sa défense. « La question est la même que l’on habite en ville ou à la campagne : quels territoires veut-on par rapport aux enjeux énergétiques ? Si on ne rationalise pas, on ira droit dans le mur. L’idée est de concentrer les services ou investissements collectifs dans les noyaux d’habitat et d’encourager les gens à s’y installer, pas d’empêcher celui qui a un terrain dans un village d’y construire sa maison. Le plus important dans ce dossier c’est que Philippe Henry est passé d’un urbanisme de loi à un urbanisme de projet ! »

  ERIC BURGRAFF

Publicités
par thibautcecile Posté dans Presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s