La poste voudrait supprimer les boîtes aux lettres de villages – L’Avenir 26/03

Bpost aurait l’intention de supprimer beaucoup de boîtes aux lettres dans les régions moins peuplées. C’est encore le Luxembourg qui trinque.

 A l’approche du 1er avril, nous avons d’abord cru à un poisson…Mais non, l’imagination humaine n’a pas de limite quand il s’agit de faire des économies pour des questions de rentabilité.

 Il y a quelques jours, Bernard Moinet, le bourgmestre de Bertogne a eu la visite de responsables de bpost. Ceux-ci ont pris leur calculette et ont fait savoir au bourgmestre que bpost comptait demander à ses facteurs de ne plus relever le courrier des boîtes aux lettres dans les petits villages et hameaux.

 Motif invoqué : «Il y a trop peu de courrier dans ces boîtes et d’autres jours, il n’y en a pas du tout !»

 Pour le bourgmestre de Bertogne, supprimer ces boîtes aux lettres rouges serait un fameux pas en arrière alors qu’on a déjà supprimé les bureaux de poste dans plusieurs villages. « La poste supprimerait ainsi 6 ou 7boîtes aux lettres dans nos villages. Par exemple à Givroulle, il n’y en aurait plus du tout. Comment vont faire les gens ?», interroge Bernard Moinet.

 Faut-il le rappeler, mais plus de 90 % de nos villages ruraux ne disposent déjà plus de bureau de poste.

 Remettre sa lettre au facteur

 La direction de bpost aurait déjà trouvé la parade à la place des boîtes aux lettres. Elle aurait l’intention de proposer aux habitants de ces villages de remettre leur courrier au facteur, lors du passage de ce dernier.

 C’est vrai que cela se pratique encore avec des personnes âgées ou invalides. Mais cela présente deux inconvénients majeurs : comment faire quand on travaille la journée à l’extérieur et qu’on ne peut remettre son courrier en main propre au facteur ?

 André Blaise, le responsable national de la CSC-Transcom avance une autre critique : « Remettre directement son courrier au facteur n’est pas quelque chose d’autorisé ou alors il s’agit d’un enlèvement à domicile, et dans ce cas c’est un service payant.»

 Paul Magnette interpellé

 Connaissant bien le monde rural – il habite la commune de Nassogne – le syndicaliste André Blaise rappelle que la poste est une entreprise publique dont l’État est actionnaire. «Le minimum de service au public requiert d’aller relever les boîtes aux lettres. C’est quand même un minimum qu’on puisse exiger de bpost de maintenir au moins une boîte aux lettres au sein de chaque village et hameaux de Belgique», dit André Blaise, relayé par la sénatrice écolo Cécile Thibaut qui partage la même analyse et a déposé dès jeudi une question parlementaire au ministre des Entreprises publiques, Paul Magnette. On va commencer par jalouser la France où la notion de « service universel » semble mieux suivie : les Français n’ont pas supprimé leurs boîtes de lettres en milieu rural et continuent à distribuer le courrier 6 jours/7, y compris le samedi.

 Dominique ZACHARY

Publicités
par thibautcecile Posté dans Presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s