La SNCB a adopté un plan de bataille

L’hiver dernier a laissé un très mauvais souvenir aux voyageurs du train. Plus encore que par le passé, les conditions hivernales, rudes, il est vrai, ont entrainé suppressions de trains et retards exceptionnellement importants.

A l’approche des premiers mauvais jours, la sénatrice Ecolo Cécile Thibaut a donc interrogé la ministre de tutelle, Inge Vervotte, sur les dispositions prises par le groupe SNCB en vue d’éviter de rééditer ses contre-performances de l’année dernière.

Le groupe SNCB dispose de deux plans, l’un pour l’automne, l’autre pour l’hiver.

En cette période de l’année, c’est la chute des feuilles qui cause beaucoup de souci. La présence de résidus de feuilles mouillées sur les rails allonge les distances de freinage et provoque un patinage à la traction plus particulièrement constaté sur certains matériels roulant.

Le plan automnal comporte principalement la mise en place d’un second train nettoyeur, la réduction de la composition de certains trains, le recours au site Meteoservices qui informe le Traffic Control lorsque le taux d’adhérence devient critique.

Un certain nombre de mesures ont également été prises pour faire face au problème. Les locomotives sont équipées d’une installation de sablage qui augmente l’adhérence. Dans les gares terminus, un approvisionnement en sable est prévu, y compris pour les véhicules garés en dehors du faisceau destiné aux interventions techniques. Le matériel moderne est également équipé de systèmes d’anti-patinage électroniques permettant de circuler à la limite du coefficient d’adhérence.

Pour les automotrices, la solution définitive à ce problème récurrent viendra sans doute de l’achat programmé de matériel disposant de deux fois plus d’essieux moteurs. En attendant, pour diminuer ce phénomène de patinage, la SNCB fera circuler un train nettoyeur, cinq nuits par semaine entre Ottignies et Jemelle, et assurera une circulation des trains de marchandise à contre-voie, pour « nettoyer » les rails.

Les mesures hivernales préventives consistent principalement à vérifier le chauffage des aiguillages, l’organisation de l’intervention des « équipes neige » et l’adaptation du plan neige. Cette stratégie prévoit également une actualisation du plan hivernal local, ainsi l’anticipation des problèmes spécifiques et locaux.

Le déneigement des accès, quais et parkings est également un point important pour la sécurité des voyageurs. Sur ce plan, la ministre reconnait que l’an dernier, le sel a manqué.

La holding, la SNCB et Infrabel se partagent le travail de déneigement. Il est à noter que les parkings intégrés à la petite voirie sont entretenus par les Communes. Dans ce cas, la répartition des compétences est définie dans des accords qui ont été passés avec les administrations communales concernées.

Ecolo prend note des engagements du groupe SNCB et de la ministre des Entreprises publiques.

Seule cependant l’expérience nous dira si ces mesures permettront à l’entreprise de faire mieux ces prochains mois que l’an dernier. Car c’est au pied du mur qu’on voit le maçon !

Question plan de bataille SNCB


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s