Ecolo plaide pour le maintien de la cabine de signalisation de Libramont

Un nouveau plan de concentration des cabines de signalisation présenté par Infrabel au début du mois de janvier prévoit de faire passer les centres de contrôles du réseau, ceux qui assurent la gestion des feux et aiguillages, de 31 à 10 et ceci à l’horizon 2020.

Cette nouvelle restructuration aurait pour conséquence de réduire le nombre de personnes affectées à ces tâches de 4285 en 2011 à 2410 dès 2021, soit une diminution de presque 50 % de l’emploi.

En outre, tous les centres se situeraient désormais au nord du sillon Sambre et Meuse, avec pour conséquence que les aiguillages et feux de tout le sud de la Belgique seraient gérés par des personnes coupées du contexte local. En Luxembourg, ce transfert devrait se traduire par la perte de près d’une centaine d’emplois et la suppression de la cabine de Libramont.

Or cette cabine vient à peine d’être construite et a coûté quelque 5 millions d’euros. Cette cabine flambant neuve assure déjà une partie du trafic et n’est pas encore inaugurée. Elle devrait, dans un délai court, accueillir les équipes qui travaillent actuellement à la cabine de Bertrix.

Cette situation surréaliste a conduit la sénatrice Ecolo Cécile Thibaut à interroger la ministre des Entreprises publiques, Inge Vervotte, sur le sens de la politique menée par Infrabel.

Pourquoi donc supprimer le centre de contrôle de Libramont qui peut parfaitement gérer les zones du Luxembourg et du sud namurois alors que l’infrastructure existante à Namur est vétuste, trop exigüe pour les nouvelles missions qui lui seraient confiées et à l’étroit sur le site de la SNCB dans la perspective d’une nouvelle construction indispensable à ces missions nouvelles.

Le choix opéré pour la Flandre paraît plus rationnel. Entre Louvain et Hasselt, une cabine toute neuve, comme celle de Libramont, c’est Hasselt qui a été choisie et non celle de Louvain.

Dès lors, ne ferait-on pas preuve de meilleure gouvernance et d’une gestion plus parcimonieuse et responsable des deniers publics en retenant la cabine de signalisation de Libramont dans le nouveau plan ?

La réponse à cette question de la sénatrice Ecolo n’est pas venue à la tribune. La ministre a cependant précisé hors micros qu’il ne s’agit pas d’une décision politique mais bien d’une option propre à Infrabel. Elle s’est par ailleurs engagée à interroger l’administrateur délégué d’Infrabel, Luc Lallemand, sur les critères qui ont amené à rayer la cabine de signalisation de Libramont dans le nouveau plan.

Cécile Thibaut ne manquera pas de réinterroger prochainement la ministre sur la réponse qu’elle aura reçue et ses intentions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s