Hautes écoles : Marcourt prône des « solutions originales » – L’Avenir du Luxembourg 28/10

Le ministre Marcourt promet de «trouver des solutions originales » pour l’enseignement supérieur en Luxembourg.

 

Lundi, en commission enseignement supérieur du Parlement de la Communauté française, Écolo a interrogé le ministre
de l’Enseignement supérieur sur l’avenir des hautes écoles en province de Luxembourg. C’est la parlementaire Émily Hoyos, par ailleurs présidente du parlement wallon, qui a interrogé Jean-Claude Marcourt.

Dans le même temps, le député cdH Dimitri Fourny a également interpellé le ministre sur le même thème.

La clôture de la table ronde de l’enseignement supérieur a permis la reprise des processus de fusion entre d’une part, la HE Blaise Pascal et la HE de Namur et, d’autre part, la HE Robert Schuman et la HE Charlemagne (qu’une rumeur annonçait comme étant compromise!).

Dans sa réponse, le ministre Marcourt exprime sa préoccupation d’assurer dans la durée une présence d’enseignement supérieur de qualité et de proximité en Luxembourg « en développant
des solutions originales ».

Il confirme que le projet de fusion entre Robert Schuman et Charlemagne est toujours d’actualité et qu’il souhaite « voir où on va » à la prochaine rentrée. Une réunion entre Schuman et Charlemagne a lieu le 9 novembre au cabinet du ministre.

 

Écolo veut qu’on évalue les fusions précédentes

Pour Écolo-Luxembourg, un enseignement supérieur de proximité est un gage d’accessibilité, mais aussi un levier important du développement économique et social de notre province. Pour assurer la pérennité de notre enseignement supérieur, Écolo suggère :

1. Une évaluation des fusions réalisées sous la législature précédente avant de se lancer dans les fusions de zones contiguës pour bien baliser la nouvelle génération de fusions, tel qu’annoncé dans la Déclaration de Politique communautaire (DPC).
2. La création de nouvelles accréditations, obtenues par dérogation, pour les zones où l’offre d’enseignement supérieur est maigre (des cursus existants et novateurs en lien avec les enjeux régionaux).
3. Maintenir des centres de décision dans la province au travers de l’outil législatif (seule garantie fiable à terme).

«Le souhait du ministre de pérenniser l’offre d’enseignement dans notre province va dans le bon sens. Cependant,
il est urgent de passer à l’action et de trouver des solutions concrètes sur le terrain. Écolo attend avec impatience que le ministre Marcourt précise au plus vite quelles sont les pistes originales qu’il annonce », terminent la sénatrice
Cécile Thibaut et le parti Écolo du Luxembourg.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s