Le combat N-VA devient ultralibéral – L’Avenir du Luxembourg 12/10

Cécile Thibaut, vous êtes sénatrice écolo et comme les autres parlementaires, vous effectuez votre rentrée ce mardi. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Il faut garder notre sang-froid. Nous sommes face à une crise majeure. Nous devons trouver des solutions. C’est incompréhensible et complètement irresponsable de la part de la N-VA de rompre ainsi unilatéralement et de façon très surprenante les négociations, alors que les francophones sont prêts pour une grosse refonte de l’état. Il sera plus facile de vivre demain ensemble que séparés.

 

Et cette rentrée, à titre personnel ?
J’ai une grosse envie de travailler. J’ai des projets de loi. Mais il faut un gouvernement demain. Après 114 jours de négociations, j’ai l’impression que le débat de la N-VA, qui était identitaire dans un premier temps, est devenu ultralibéral. Il me semble que les séparatistes flamands sont davantage intéressés par le financement de la Région wallonne que par son fonctionnement. À titre personnel, je compte utiliser beaucoup de mon énergie à un projet pour l’individualisation des droits sociaux.

La question du moment. Et les libéraux dans tout ça ?

Le MR a dérapé quand il a laissé penser qu’il allait donner plus à la N-VA que les autres partis francophones. La N-VA se rend bien compte qu’elle pourrait obtenir plus du MR sur le volet d’une plus grande autonomie fiscale de la Région.
Cela rend les négociations beaucoup plus difficiles.

Voyez-vous un retour des libéraux à la table ?

Je ne sais pas. Nous sommes dans une période de clarification. Le MR se dit disponible mais partout ou nulle part. Ça démontre sa soif de pouvoir. Nous avons été mandatés par les électeurs pour un travail avec des partenaires à la  Région. Changer de coalition, ce serait renoncer à tout le boulot déjà effectué. Ce serait une vision très spéciale de la démocratie. Mais nous n’avons émis aucun veto à l’égard des libéraux.

 

Et le plan B du parti socialiste, soit une Belgique comprenant la Wallonie, Bruxelles et les six communes à facilités ?

Je constate que le PS mise sur le plan B. Nous n’en voulons pas. L’électeur non plus d’ailleurs. Pas de suite et pas avant d’avoir épuisé toutes les solutions possibles pour rester ensemble. Nous devons plus travailler à rester ensemble qu’à nous séparer.

Publicités
par thibautcecile Posté dans Presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s